<<

Désordre(s) : Oliver Rohe


Décembre 2009, Berlin, 5’57 ».

« Peut-être avait-il déjà pressenti que la vie qu’il s’était efforcé de se construire jusque-là pourrait s’effondrer du jour au lendemain, à la faveur d’une catastrophe sourde et magistrale, et qui arriverait sur lui en quelque sorte par derrière, dans un angle mort, sans préludes ni coups de semonce. Peut-être s’était-il aussi figuré que cet effondrement ne serait en aucun cas l’aboutissement, le couronnement logique et inéluctable d’une érosion qu’il aurait lui-même provoquée, par sa conduite fautive et par sa négligence coupable, dont il aurait du moins, à un moment ou un autre, ne serait-ce que constaté l’existence, la progression régulière, l’implacable prospérité » :  lisez son grand entretien sur D-Fiction.