<<

Reprise avec variations : Isabelle Lartault


Octobre 2009, Sèvres, 7’58 ».

« Comme toutes les personnes anxieuses, j’anticipe beaucoup sur l’avenir et j’ai trouvé là de quoi me calmer jour après nuit et nuit après jour. Travailler sur le temps, c’est tenter de le prendre et de l’apprivoiser et, contre vents et marées, c’est ma façon de durer. Comme je le dis dans La Veille et le Lendemain II : « Longtemps je me suis dit que je n’y arriverais jamais pour y arriver peut-être » : lisez son grand entretien sur D-Fiction.