<<

Intercéder : Mikaël Hirsch


Juillet 2011, Paris, 7’34.

« Il ne pouvait s’agir d’un instantané, un de ces clichés pris sur le vif, fixant à tout jamais une scène de la vie quotidienne, mais au contraire d’une mise en scène. Quelqu’un avait organisé le cadre, demandant aux protagonistes de se serrer les uns contre les autres, au vieux monsieur de prendre une pose chaleureuse, au père de sourire. Le mouvement du bras lui-même paraissait fugace, comme provoqué par les circonstances et la présence du photographe » : lisez son grand entretien sur D-Fiction.